Un rafraichissant voyage dans l'imaginaire

Avec Nelly Folliot (Bérénice), Laurence Dupau (Annabelle), Alain Elie (Donatien) et Fred Gabriel (Cyrus)
Une pièce écrite et mise en scène par Guillaume Malagnoux
Comédie malicieusement absurde - Durée 1h00

Prochaines représentations

A découvrir à l’automne 2022…

L'art de l'ennui

Enthousiastes, spontanés, joueurs, rêveurs…

Après s’être voracement nourris et ressourcés dans le calme de leur ennui partagé, nos quatre aventuriers sont maintenant bien décidés à s’évader aux confins de leurs imaginations, à vivre leurs rêves éveillés, à donner corps avec cœur à leurs âmes d’enfants.

Un voyage onirique, dans un quelque part sans limites et sans frontières, où la douce folie alimente l’envie, où la réalité s’étire au-delà du réel, où jouer rime avec vivre… un périple jusqu’aux limites de l’imagination.

Mais imagination à t’elle une limite ?

Sous nos yeux, Annabelle, Bérénice, Donatien et Cyrus nous rappellent avec douceur que rêver est salvateur, qu’espérer est galvanisant… que nous avons tous été et sommes toujours des enfants, joueurs audacieux, aventuriers candides.

L’art de l’ennui nous souffle à l’oreille que notre vie est une aventure que nous menons nous même, choisissant nos propres chemins. A nous d’aborder ce voyage avec gaité…

Jouer et... s'évader !

Nous oublions trop tôt que nous savons rêver; nous laissant emporter par le tourbillon de nos vies. Nous ne savons plus nous ennuyer…

Prendre, ou reprendre, enfin le temps de ne rien faire. Et se laisser ainsi aller à vagabonder dans l’imaginaire infini de nos esprits.
Enfants comme adultes, nous sommes tous capables d’espérer. Tout créer à partir de rien. Oser, donner vie à nos rêves…

L’art de l’ennui nous permet d’y croire.
En transportant le spectateur dans un monde délirant où tout est possible, ces quatre personnages extravagants nous font du bien; ils nous rappellent que nous avons tous besoin d’évasion, et que nous avons tous, en nous, les moyens de nous évader !

Nous sommes d’abord des enfants… n’oublions pas de le rester.